Enquête sur l’adoption du cloud hybride : 2 professionnels de l’informatique sur 3 voient l’hybride comme l’avenir de l’infrastructure

À propos de l’enquête sur l’adoption du cloud hybride

La migration vers les technologies cloud a toujours semblé être un événement inévitable, mais quelque peu lointain. Les événements des deux dernières années ont cependant accéléré le taux d’adoption de la technologie cloud, grâce au besoin croissant de solutions à distance pour les entreprises et les particuliers. La route vers le cloud s’est avérée cahoteuse, avec de nombreux défis techniques et humains qui devaient être relevés avant qu’une entreprise puisse prétendre être complètement nativement cloud, ou même adopter un modèle de cloud hybride. 

Sécurité, stockage des données, compatibilité des applications, réglementations de l’industrie, logiciels hérités – il existe une quantité presque infinie de variables qui peuvent avoir un impact sur le parcours de toute entreprise vers le cloud. Nous avons déjà beaucoup de contenu disponible dans le DOJO sur la plupart de ces sujets, mais nous voulions savoir exactement lesquels de ces défis ont été les plus répandus dans les environnements de cloud hybride, ainsi que ce que les professionnels de l’informatique pensent que l’avenir réserve à l’infrastructure. Après tout, il peut être difficile de savoir exactement quel est le bon moment pour passer à la technologie cloud. 

Pour cette raison, nous avons mené une enquête sur l’adoption du cloud hybride auprès de plus de 900 professionnels de l’informatique à travers le monde, et maintenant, nous sommes prêts à partager nos conclusions avec vous. Dans le reste de cet article, vous trouverez une élaboration détaillée de nos conclusions, mais si vous souhaitez des données encore plus détaillées, vous pouvez également consulter les résultats de l’enquête sur le cloud hybride.

Bon, commençons.

À propos des répondants à l’enquête sur le cloud hybride

Avant de nous plonger dans les résultats eux-mêmes, voici le détail de nos répondants, pour plus de contexte.

Un peu plus de la moitié (50,4 %) des répondants font partie d’un service informatique interne, tandis que 23,6 % font partie d’un MSP. Le reste est réparti entre d’autres rôles et propriétaires d’entreprise qui gèrent leur propre informatique. La plupart des répondants ont des tâches professionnelles principalement liées à l’administration ou à l’ingénierie du système (80,4 %), tandis que les autres sont responsables de la gestion d’équipe (19,6 %).

Nous avons également demandé à nos répondants combien d’années d’expérience ils avaient dans l’industrie informatique. Près de la moitié (45,8 %) ont déclaré plus de 20 ans d’expérience dans le domaine. Les autres se répartissent entre 16-20 ans (17,9%), 10-15 ans (18,1%), 6-10 ans (11,1%) et 1-5 ans (7,1%).

En termes de géographie, la grande majorité des répondants sont basés en Amérique du Nord (43,8 %) et en Europe (41,6 %). Les 14 % restants se répartissent entre les territoires asiatiques (4,7 %), l’Afrique (3,3 %), l’Australie (2,9 %), le Moyen-Orient (2,1 %) et l’Amérique du Sud (1,7 %).

La taille des entreprises (selon le nombre d’employés) dont font partie nos répondants variait entre 1-50 (41,7 %), 51-200 (23,1 %), 201-500 (12,1 %), 501-1000 (6,7 %), et 1 000+ (16,3 %).

Hybrid Cloud Adoption Survey

2 professionnels de l’informatique sur 3 considèrent les solutions de cloud hybride comme une destination permanente pour l’infrastructure

L’une des conclusions les plus intéressantes de l’enquête sur le cloud hybride est que, bien que le sentiment de l’industrie soit que l’infrastructure cloud est l’avenir, 67 % de nos répondants pensent qu’une stratégie de cloud hybride n’est pas un tremplin vers une infrastructure cloud native, mais plutôt une destinationfinale. Cela est dû à des charges de travail spécifiques qui resteront sur site pour un certain nombre de raisons, qui seront explorées plus tard.

28,6 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles conserveraient un modèle de cloud hybride jusqu’à ce que l’adoption complète du cloud soit disponible pour leurs charges de travail. Nous prévoyons que ce pourcentage augmentera au cours des prochaines années à mesure que les problèmes les plus courants liés à l’adoption du cloud seront résolus, tels que la compatibilité des applications grâce aux progrès de la technologie de conteneurisation.

Les 4,3 % restants des répondants au sondage ont déclaré qu’ils resteraient 100 % sur site dans un avenir prévisible, rejetant même une stratégie de cloud hybride. Lorsqu’on leur a demandé les raisons pour lesquelles ils conservaient une infrastructure entièrement sur site, ces répondants ont cité la nécessité d’un contrôle total sur leurs données, les problèmes de sécurité et les considérations de coût liées aux services cloud.

1 entreprise sur 3 cite des problèmes de confiance avec le cloud comme raison pour laquelle certaines charges de travail restent sur site

34,1 % de tous nos répondants ont déclaré que les « problèmes de confidentialité/confiance avec le cloud public » maintiennent certaines charges de travail sur site. Ce sentiment prévaut chez tous nos répondants, et il n’y a pas de différence appréciable de confiance dans le cloud public entre les répondants de différents territoires ou tailles d’entreprise – ce qui indique très clairement qu’il s’agit d’une méfiance largement répandue.

Il existe cependant une différence de niveau de confiance dans le cloud public entre les répondants plus expérimentés et leurs homologues moins expérimentés. Les répondants ayant plus de 20 ans d’expérience étaient plus susceptibles d’exprimer leur méfiance à l’égard des plateformes cloud (33,6 %) que ceux ayant entre 1 et 5 ans d’expérience (24,2 %). Cela indique qu’avec l’expérience vient plus de cynisme lorsqu’il s’agit de permettre aux plates-formes cloud d’accéder aux données et aux opérations de l’entreprise.

La sécurité et la surveillance sont l’une des principales préoccupations de bon nombre de nos répondants tout au long de l’enquête. En fait, lorsqu’on leur a demandé quels défis techniques ils voyaient dans un modèle de cloud hybride, la moitié (49,3 %) de tous les répondants ont cité « la surveillance et la sécurité ». Ce n’est pas seulement une préoccupation du point de vue de la plate-forme cloud, mais également du point de vue de l’utilisateur. 73,1 % de tous les répondants ont mentionné qu’ils utilisaient ou prévoyaient d’utiliser l’authentification multifactorielle et l’accès conditionnel dans le cadre de leur suite d’outils de sécurité.

Il existe un sentiment général clair selon lequel plus les charges de travail sont déplacées vers le cloud, plus le contrôle, la surveillance et la sécurité deviennent une préoccupation, en particulier par rapport à la tranquillité d’esprit apparente à laquelle l’infrastructure sur site est associée.

Seuls 5,7 % des répondants ne signalent aucune difficulté technique avec les technologies cloud ou hybrides

Parmi les raisons invoquées par nos répondants pour justifier le maintien de certaines charges de travail sur site, deux ont été plus fréquemment mentionnées que les problèmes de confiance avec le cloud. Il s’agissait des « systèmes ou logiciels hérités » et de la « compatibilité des applications », respectivement signalés par 51,8 % et 39,5 % des répondants.

Cela indiquerait que même si Microsoft et d’autres fournisseurs de plates-formes cloud ont investi des ressources importantes pour fournir aux professionnels de l’informatique des moyens de moderniser leurs applications et d’aider à la migration vers une architecture cloud hybride, cet effort n’a pas abouti à l’élimination des problèmes connexes.

En fait, lorsqu’on leur a demandé quelles difficultés techniques les répondants rencontraient avec les technologies cloud, la réponse la plus courante (48,2 %) était « savoir-faire technique ou personnel certifié ». Cela signifie que même si la technologie nécessaire pour surmonter les problèmes liés aux logiciels hérités et à la compatibilité des applications est disponible, de nombreuses entreprises n’ont pas les connaissances et les compétences nécessaires pour les mettre en œuvre.

Il y a d’autres preuves de ce manque de connaissances, car un tiers (33,3 %) des répondants ont également cité la connectivité comme une difficulté technique qu’ils ont avec les technologies cloud. En effet, bien que la connectivité soit certainement l’un des aspects les plus difficiles de l’application des plates-formes cloud, elle peut être gérée avec les connaissances et la certification appropriées.

Charges de travail retenant l’adoption complète du cloud

Lorsqu’on leur a demandé quelles charges de travail spécifiques les répondants envisageaient de conserver sur site, les données suivantes ont été recueillies.

En ce qui concerne les « services d’impression et d’imagerie » étant la charge de travail la plus fréquemment mentionnée dans la liste, il est probable que de nombreuses équipes informatiques internes adoptent une approche « si ce n’est pas cassé, ne le réparez pas » pour ce problème particulier, d’autant plus que l’accès à distance pour les services d’impression est redondant dans la plupart des cas. Les services d’impression sont également un service utilisateur final essentiel pour de nombreuses organisations, de sorte que les services informatiques redoublent de prudence avant de tenter une mise à niveau afin de ne pas interrompre le fonctionnement.

Les bases de données et le stockage de fichiers figurent également en tête de liste, une combinaison de problèmes de confidentialité et de performances étant les principales raisons pour lesquelles ces charges de travail resteraient sur site pour de nombreuses entreprises. Les réglementations de l’industrie telles que GDPR, HIPAA, CMMC et autres peuvent également jouer un rôle, puisque 28,7 % des personnes interrogées les ont citées comme un obstacle à l’adoption du cloud.

Les entreprises utilisant les services MSP sont plus susceptibles d’utiliser des solutions cloud que sur site

Les MSP seront ravis d’apprendre qu’ils ouvrent la voie en matière d’adoption du cloud dans l’ensemble du secteur. 54,4 % des MSP ont déclaré qu’ils considéraient leurs charges de travail comme « principalement dans le cloud » au cours des 5 prochaines années. Ils semblent également attirer leurs clients vers la technologie de cloud hybride avec eux, car 51,7 % des entreprises qui utilisent les services MSP tireront également parti d’un modèle de cloud hybride dans un avenir proche. 46,9 % des services informatiques internes, en revanche, déclarent qu’ils seront « principalement dans le cloud » dans 5 ans.

Les problèmes de confiance avec le cloud public restent cependant relativement constants pour tous les répondants, 34,4 % des équipes informatiques internes signalant que les problèmes de confiance sont un obstacle à l’adoption du cloud, contre 32,5 % des professionnels qui font appel à un MSP.

Autre bonne nouvelle pour les MSP, notre enquête a également révélé que 40,8 % des répondants qui ne font pas partie d’un MSP, ni n’utilisent de services MSP, envisageraient d’engager un fournisseur de services gérés pour les aider à passer du sur site à une architecture cloud hybride.

Services de conteneurisation les plus populaires

Tout au cours de l’enquête, nous avons également voulu savoir quel service de conteneurisation est le plus populaire au sein de notre base de répondants, car il s’agit de l’une des technologies clés qui rendent possible une stratégie de cloud hybride pour certains cas d’utilisation.

Nous avons été relativement surpris de constater que Docker reste populaire parmi toutes les technologies de conteneurisation, avec 3 répondants sur 10 (30,7 %) citant qu’il s’agit de la technologie qu’ils utilisent actuellement ou prévoient d’utiliser dans les 5 prochaines années. Cela se compare à 22 % des répondants qui utilisent Azure Kubernetes Service.

Ceci est d’autant plus surprenant que Kubernetes avec ContainerD s’avère être une solution de conteneurisation plus puissante, bien que plus complexe. Nous avons en fait plongé dans les subtilités d’AKS (Azure Kubernetes Service) avec Ben Armstrong de Microsoft dans un épisode du podcast SysAdmin DOJO, que vous devriez absolument vérifier si vous cherchez à améliorer votre jeu de conteneurisation.

Résultats complets de l’enquête sur l’adoption du cloud hybride

Si vous souhaitez consulter les données par vous-même, n’hésitez pas à consulter les résultats de l’enquête sur l’adoption du cloud hybride ici. 

Prochaines étapes?

Les résultats influenceront directement le webinaire Altaro du 23 mars, How Azure Stack HCI is Forcing Changes in your Datacenter. Les MVP de Microsoft Andy Syrewicze et Carsten Rachfahl décomposeront Azure Stack HCI, la solution cloud hybride principale de Microsoft, ce que cela signifie pour les professionnels de l’informatique et comment elle s’intégrera à long terme dans la pile technologique. Inscrivez-vous à ce webinaire sur le cloud hybride > 

FAQs 

Qu'est-ce que le cloud hybride et comment ça marche ?

Le cloud hybride est un terme utilisé pour décrire une architecture de système informatique qui utilise une combinaison de technologie sur site et de services cloud (publics ou privés). Un modèle de cloud hybride permet à ces systèmes d’interagir les uns avec les autres et de partager des données et des ressources pour prendre en charge le fonctionnement d’une infrastructure informatique.

Qu'est-ce qu'un exemple de modèle de cloud hybride ?

Les modèles de cloud hybride sont utilisés dans une grande variété de situations. Le plus courant est lorsqu’une entreprise souhaite moderniser son infrastructure informatique, mais que certaines charges de travail doivent rester dans des centres de données physiques en raison d’anciens logiciels ou d’exigences du secteur.

Comment construire une architecture cloud hybride ?

La première étape consiste à se familiariser avec les fournisseurs de plateformes de cloud hybride, tels que Microsoft Azure, Amazon Web Services, Google Cloud, etc. Chacun de ces fournisseurs a ses forces et ses faiblesses, il est donc important de savoir ce dont votre infrastructure informatique a le plus besoin. essentiel pour choisir la bonne plateforme. L’un des avantages des technologies cloud est qu’elles ne nécessitent pas d’installations matérielles pour les essais. Il est donc vivement recommandé de tester différents fournisseurs pour déterminer celui qui convient le mieux à votre entreprise.

Quels sont les avantages de la technologie Hybrid Cloud ?

Les avantages de la technologie de cloud hybride incluent :

Flexibilité et évolutivité. Comme ils ne reposent pas sur des ressources matérielles fixes, les systèmes fonctionnant dans des environnements de cloud hybride peuvent augmenter et diminuer l’allocation des ressources en fonction de la charge de travail actuelle.

Gestion des coûts. Avec le nombre d’options et de prix disponibles pour la technologie de cloud privé et public, les entreprises peuvent choisir quelles applications seront exécutées sur quelle plate-forme en fonction de leurs besoins et de leur budget.

Sécurité et surveillance. Les suites de sécurité natives et tierces et les logiciels de surveillance sont largement disponibles pour la plupart des principales plates-formes cloud, ce qui en fait un choix préférable pour les entreprises qui ont besoin de l’accessibilité des services cloud pour les données sensibles.

Contrôle et personnalisation. Avec la grande quantité d’options d’intégration disponibles pour les plates-formes cloud, l’informatique peut prendre la forme de n’importe quelle infrastructure spécifique requise par l’entreprise.

Fiabilité et résilience. Grâce à la nature décentralisée de plusieurs services cloud, les temps d’arrêt sont exceptionnellement rares et les pertes de données dues à des pannes matérielles sont pratiquement inexistantes. La récupération des données perdues est également un processus sans douleur dans la majorité des cas.

À quoi sert une approche de cloud hybride ?

Charges de travail qui changent fréquemment pour les applications qui nécessitent l’évolutivité de la technologie cloud et la sécurité du stockage sur site ou dans le cloud privé.

Niveaux élevés de traitement des données – le traitement de grandes quantités de données se produit généralement par vagues. Les plates-formes cloud hybrides permettent d’allouer des ressources externes à moindre coût que d’autres solutions.

Migration vers la technologie cloud – Grâce à sa flexibilité, de nombreuses entreprises utilisent une approche cloud hybride jusqu’à ce que toutes leurs charges de travail puissent être complètement déplacées vers le cloud en raison de contraintes financières ou technologiques.

Pérennité – aucune entreprise ne sait exactement ce dont elle aura besoin à l’avenir, et une approche de cloud hybride permet aux entreprises d’être agiles et réactives avec leurs ressources informatiques d’une manière qui était auparavant impossible.